Rechercher

Fantaisie hivernale

L'hiver en laine comme un mouton, vêtue de pulls et de haillons. Et puis mes pieds qui crient famine aux creux des cuisses d'un amant, gelant sa peau dans mon élan. Une reine des neiges qui sent le cul, un chant du cygne au fil du con. C'est pas bien beau pour les garçons, qui me voient chaude même à moins vingt, de leur faire croire que ma carcasse se dénudera à même la glace.

Mettez le starter dans vos calfouettes même si les cœurs sont en motif, faudra blinder dans le genre poète, rouler des R pour faire latin, un chalumeau entre les mains, jusqu'à chauffer mon corps d'airain.

Vous êtes ici, dira le plan, jusqu'à mes reins et par un gland, pour vous sucrer le pain d'épice et faire griller mon orifice. Satisfecit et carte à jouer vous seront donnés pour vous raidir , la rebelote et puis la der en un orgasme syllabaire.

En violente femme je ferai le bien, serrant les poings entre les draps, je jouirai cru et par temps froid,

Pour n'en lécher que le liégeois, au garde-à-vous on me priera de faire reluire votre Attila. Par un geyser liquoreux sur ma peau vierge coulera le fruit vaillant de ce combat. Dans un sourire de circonstance, j'aurai la bouille omnipotente de celle élue par tous les dieux pour dégorger les hommes au pieu.

Un sparadrap sur la besogne que fait le frimas à ma trogne




56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout