Rechercher

Plus rien

Aux brèves causes de ton mépris S'éventrent la morale et l'envie Une vaste glose inassouvie Un chien perdu au paradis S'insurge contre feu Jésus-Christ Aboyant son asymétrie Bramant où sonne l'hallali Jappant sur quelques beaux amis Entre souffrance et euphorie Donner son cœur et puis plus rien A la verticale du déclin Les jolies femmes comme un bifteck atomiseront ta gueule de schneck te fustigeront comme on dissèque Ne viendront pas à tes obsèques Celles qui traînées sur ta moquette eurent des entailles de fruit sec Eut-il parlé comme on défèque L’effroi de ses salamalecs dirent des mots gras sortis du bec Donner son cœur et puis plus rien Son matricule comme un refrain J'en garde le souvenir d'un groin qui ânonnant son baragouin priait dans la chiure les pieds joints Son appétit de microbien rongea mes vœux comme un venin fluctuant en fonction du destin Je l'écourtais avec entrain jouissant de son côa amphibien j'osais un sourire circassien Donner son cœur et puis plus rien Une vague union sans lendemain





34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout