top of page
Rechercher

Prolo du cul

Dernière mise à jour : 17 févr. 2022

Du libertinage sur site


Moi qui ai été élevée entre Leffe et Stella, qu'on versait en pression aux turfistes éreintés d'avoir perdu leur solde. Là où les cacahuètes épongeaient le plus soûl, brandissant un ticket qu'il assurait gagnant à qui voulait l'entendre. Je me sens comme intruse quand je vois défiler des magnums de champagne dans quelques hôtels de luxe où certains se rencontrent. Les grands bains bouillonnants de la taille de ma chambre, entourés de bougies où des femmes se déploient, m'encouragent à penser que je suis un ovni entre deux crus classés. Des talons à mille boules qui font les mollets fins des starlettes en goguette, aux lingeries raffinées redressant tous les culs pour en faire des joyaux, je ne puis me permettre d'en acquérir le tiers. Alors je déambule le postérieur à l'air et les seins bien trop fiers, une pomme et un soda comme argument de poids à mes soirées coquines. Dans le vieux PMU où père et mère s'agitent, il y avait bien Gilou, un ténor d'opéra bourré comme un tonneau, qui au creux de l'oreille me promettait merveilles si un jour j'embrassais sa bouche trop avinée. Je le baisais sur ses pommettes couperosées et j’eus pour seul cadeau un belcanto de choix aux couleurs de l'alcool sur un balcon de chaise. Faut-il avoir le sou pour enchanter ses nuits, déguisée en marquise de pompe l'amour, dans quelques lofts parisiens où foie gras et caviars décorent la table basse ? Existe-t-il une baise marxiste où l'ouvrier vaillant sortirait son marteau sur les fesses en faucille de la jolie lingère ? Et quid de l'étudiante affairée au MacDo à faire bouillir les frites pendant que le bourgeois s’encanaille au Plaza entre deux « Cheval blanc ». Le monde est ainsi fait qu'on baise souvent en caste et je me sens perdue et vaguement dévoyée quand des galants s'entichent de ma pomme de boursière, pour y verser leur champ’ qu’ils fauchèrent chez Fauchon. Je suis bien délicate à ces écarts de classe me diront les plus souples, mais je n'ai comme orgueil que d'être née d'en bas et rêve d'un monde humide où chips et ortolans s'embrasseraient goulûment aux cris des femmes en joie.

Dessin par Crumb


96 vues8 commentaires

Posts récents

Voir tout

8 Comments


Wynot
Wynot
Sep 04, 2021

Il y a du génie dans les brèves de comptoir et la carte bleue a remplacé la carte du tendre.

j'éprouve cette même gêne quand il faut "délicatement" démontrer qu'on vient de là-haut pour aller culbuter madame dans ses bas-fonds.

Like

RowenaM
RowenaM
Aug 13, 2021

Prolo ou aristo, il faut vouloir écrire , vouloir faire dire des choses aux mots. Ce qui est sur c'est qu'on trouve de fils de rien dans la littérature, l'école aidant le 20eme siècle à permis à tout le monde d'écrire. Reste qu'il y a des écrivaillions à chaque coin de rue aujourd'hui, comme il y a des peintres du dimanche. Le monde est ce qu'il est et sans éditer on reste quelqu'un qui écrit, pas un écrivain.

Moi j'écris des chansonnettes et des diatribes à peine lus par 100 personnes, alors je vais pas faire la fière à me voir au pinacle dans un décor de carton pate.

Quant à la poésie des soulards, elles est aussi dans le…

Like
Replying to

7 commentaires ça chauffe Marcel !

Et bien je dirais simplement que c’est tout à ton honneur de défendre d’où tu viens et ce que tu fais.

Ne t’arrête donc pas de distiller dans ton humble petit terrier parce qu’un jour tu en récolteras les fruits au centuple qui sait ;)

Tes 100 lecteurs peuvent se multiplier si tu plantes dans la bonne terre de jolis vers toujours plus alcoolisés et enivrants ! Et si jamais c’est ton souhait tu verras le jour aux yeux d’un plus large public. La qualité finit par circuler…


Tiens moi aussi j’écris des cochonneries :) mais en contrebande. C’est open bar ? c’est open mic ? Si tu veux je t’en raconte une…

Like

Souvent on sent ici poindre l'alexandrin. Pas très prolo, mais vous êtes peut-être d'une autre aristocratie.

Like
Replying to

Salut (ah ouais je suis en verve). Ok pour les métaphores qui touchent au sublime ! Mais tu parles pour toi (je tutoie quand on me cherche ;-) Toi tu es la prolo qui a du talent pour faire claquer les mots. Mais l’alcool ne transforme pas hélas tous les piliers de bars de Paris et de Navarre en Apollons Apollinaire. Dédé-la-clef-de-12, au comptoir, ne peut pas chanter spontanément l’Énéide.


Ceux-là que tu cites sont des produits purs de perfection formelle, d’excellence, d’élitisme, de savoir et de pensée aristocratique, Baudelaire le dandy en tête. Quand Shakespeare introduit des « gueux » au théâtre avec leur parlé c’est pour amuser « la galerie » . Politiquement ils peuvent être du côté des pauvres, mais artistiquement,…


Like
Post: Blog2_Post
bottom of page