Rechercher

Putain de libertin

Je suis admirative de ceux qui baisent légers, pour le juste plaisir d'un orgasme soudain. J'ai beau me faire violence pour ne viser qu'un con au paraître joli, je me retrouve triste à ne pas m'amuser d'une étreinte avinée. Il me faut du solide pour d'accortes jouissances, pas de l'amour en grappe, mais l'idée farfelue que des mots font l'amorce, que mon cerveau foutraque aimera son parfum ou sa voix raffinée.

Faut dire que des brutaux au musc discordant, qui vous prennent en saillie comme une jument d'élevage, ça jugule mes ovaires de trop de soumission. Mais y a sûrement dans ce bled, des cagoles de compet qui sucent des bites en stick sans calculer l’athlète.


Alors que l'on rassemble sous la même étiquette des milliers d’acrobates, du gaillard pénétrant à ces dames ajourées de dentelles en pagailles. On ne voit au final que d’égotiques fourmis, disant « Je » contre tous, jusqu'à briser celui, qui d'un geste héroïque, contrarie les bavards.

Alors chacun parade au pays merveilleux de la nique en cascade, on a le chien de sa chienne et ça pagaye dans le vide à nommer d'un vœu pieux ce qui n'est qu'un bordel.

Notez, qu'y a des greluches qui veulent que du gros dard, du bien moulé dans son calbar et puis y a celles plus vertueuses qui ne veulent pas de ce gros plan qui vous fusille l'iris au sortir du petit dej. Y a même des poufs en filet de pêche qui veulent du gland dans un parking, tout ça pour ruiner mes humeurs de féministe patentée, qui veut régner sur son nid de poule en couvant bien ses arguties.

On est paumé dans ce plumard qui n'a de nom que pousse toi d'là pour que j'mette mon cul qui suinte. Alors Marie pleine de grâce finit les miches à l'air en attendant le bon Joseph, parce qu'un bon dieu comme bien d'autres lui a fourni un gode en stock...


137 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout